1/ « Un étrange Sopwith : 1917 ». Revue Avions.

2/ « La doctrine chrétienne en Meuse ». Revue Connaissance de la Meuse.

3/ « Le dernier maréchal ferrant de Gesnes ». Revue Connaissance de la Meuse.

4/ « Les mariages autrefois ». Revue Connaissance de la Meuse.

5/ « Les Donzelli, artistes meusiens oubliés ». Revue Connaissance de la Meuse.

6/ « La Grande Guerre, destructions, reconstructions, l’exemple de Cheppy ». 2015. Journées meusiennes 2015.

7/ « L’église de Véry peinte par les Donzelli ». Revue Terres d’Argonne. 2012.

8/ « Les marques fiscales des papiers et parchemins du Clermontois ». Revue Terres d’Argonne. 2014.

9/ « Les seigneurs et les armoiries de Cheppy ». Revue Terres d’Argonne. 2011.

10/ « Les armoiries des cantons de Montfaucon d’Argonne et de Varennes ». Revue Terres d’Argonne. 2013.

11/ « La forge de Montblainville ». Revue Terres d’Argonne.

12/ « Les médaillés de Sainte-Hélène dans les cantons de Montfaucon, Varennes et environs ». Revue Terres d’Argonne.

13/ « Les Saints patrons des églises d’Argonne ». Revue Terres d’Argonne. 2016.

14/ « Les civils des Eparges en 14-18 ». Revue de L’Esparge.

15/ « La bataille Montfaucon en 888 : le roi de France Eudes 1er contre les Vikings ». Terres d’Argonne. 2015.

Résumé : La bataille de Montfaucon en Meuse. Eudes 1er, Roi de France contre les Vikings

Les Vikings étaient des envahisseurs venus de côtes scandinaves et danoises. En France au Moyen âge,  on leur donnait le nom de Normands Northmann, hommes du Nord. Ces pirates se surnommaient orgueilleusement « les Rois de la mer ». Leurs embarcations sont appelés couramment drakkars. Les premières incursions vikings commencèrent dès 520 à l’embouchure de la Meuse mais les premières grandes invasions ne représentent en fait qu’une brève période dans l’histoire de France et s’étalent sur un siècle environ, de 800 à 940, mais laissa des traces durables aussi bien dans les esprits (la terreur du barbare nordique) qu’en politique ou sur le plan culturel. Les bases Vikings étaient installées dans tout le pays. En remontant tous les fleuves, tous les cours d’eau, les « barbares » venus du Nord poussèrent très loin leurs incursions à l’intérieur des terres. Progressivement ils envahirent toutes les côtes françaises et en remontèrent tous les fleuves. Ils établissaient des colonies. On les retrouva même sur les rivages de la Méditerranée. Les abbayes et les édifices religieux, riches à cette époque, furent souvent les premières cibles de ces peuples venus du froid, si bien que c’est aux gens d’Eglise que l’on doit cette imagerie populaire, du barbare blond, coiffé de son casque rond, pillant et tuant sans jamais épargner qui que ce soit. Evidemment, la réalité était quelque peu différente, et le plus bel exemple que l’on puisse donner est celui de la Normandie. Un chef Viking du nom de Hrolfr, qui pillait la région, et eut même l’audace d’assiéger Paris, fut finalement reconnu par le traité de Saint-Clair sur Epte, en 911, par lequel Charles le Simple lui conféra le titre de duc et prince de Normandie. La plupart des Normands ne sont que les descendants de ces envahisseurs qui ont gardé leur nom d’origine de Normands. Des traces d’ordre linguistique et toponymique nous restent comme Dannevoux (Val des Danois) en Meuse dont l’origine danoise remonte à la bataille de Montfaucon et d’une colonie antérieure. Charlemagne lui-même eut à combattre les Vikings. Mais une des plus importante bataille contre eux se déroula à Montfaucon en Meuse. Le Roi de France Eudes 1er y a vaincu 20 000 Vikings en 888.

16/ « La leçon de morale à l’école autrefois ». Revue Connaissance de la Meuse. 2014.

17/ « Une taque de cheminée d’un évêque de Verdun à Esnes-en-Argonne ». Revue Connaissance de la Meuse. A paraître.

18/ « Héraldique et armoiries du château de Thillombois ». Revue Connaissance de la Meuse. A paraître.